Quand Stage rime avec Voyage

Quand Stage rime avec Voyage
Mylène Guinlat-Beauregard

Mylène Guinlat-Beauregard

Été 2013 : il n’était pas question que je travaille ou que je reste à la maison pour mon dernier été de vraies vacances! J’avais besoin de défis et d’aventures! Les possibilités étaient nombreuses, mais ayant eu de bons commentaires sur les programmes d’IFMSA, je m’y suis inscrite, destination : BARCELONA! Bien avant que cette ville soit popularisée au Québec par la fameuse variété Occupation double à Barcelone, la capitale de la région de la Catalogne, comptant plus d’un million d’habitant et ayant une renommée économique et touristique mondiale, borde la mer Méditerranée par ses paysages pittoresques, sa vie nocturne, sa culture et son architecture signée Gaudi.

Trèves de géographie et de démographie, j’ai eu la chance de passer quatre semaines dans cette merveilleuse ville dans un contexte de stage médical, certes, mais aussi pour visiter et faire de nouvelles rencontres précieuses. L’IFMSA (International Federation of Medical Student) offre la possibilité de faire un stage médical dans un autre pays tout en s’occupant du logement et d’un programme social avec des activités hebdomadaires dans le but de découvrir la région et de favoriser la rencontre d’étudiants venant des quatre coins du monde.

Idéalement, la maîtrise de l’espagnol et du catalan est très utile si l’intention est de faire créditer le stage au Québec, mais, personnellement, ne sachant que quelques phrases seulement à mon départ, c’était un défi personnel! Je suis donc partie en terrain inconnu et en langue méconnue.

Mise à part faire le plein de caféine quotidiennement, j’ai beaucoup appris sur le système de santé espagnol, les procédures, la gestion gouvernementale et la relation patient-médecin, qui est d’une proximité incroyable : il n’était pas rare de donner la bise aux patients!

Tous les matins, je prenais un bon cafe con leche au petit restaurant du coin et je sautais dans le train en direction de l’Hospital General de Granollers, lequel j’étais attribuée dans le département de médecine interne. Bien que la langue de Cervantes domine cette région, lors de communications avec les médecins, les patients et le personnel je pouvais me débrouiller en anglais ou bien par mime qui est, ma foi, très efficace et parfois assez drôle! Mon rôle était celui d’accompagner un médecin lors de ses visites médicales en l’assistant dans ses interventions et faisant l’examen physique sous sa supervision. De mon expérience personnelle, les gens sont très accueillants. Médecins et patients sont d’une gentillesse irréprochable et d’une patience sans équivoque. J’étais l’attraction du département et tout le monde voulait m’aider, m’appuyer et m’accompagner pour un petit café à la cafétéria. Mise à part faire le plein de caféine quotidiennement, j’ai beaucoup appris sur le système de santé espagnol, les procédures, la gestion gouvernementale et la relation patient-médecin, qui est d’une proximité incroyable : il n’était pas rare de donner la bise aux patients!

L’après-midi, j’étais libérée vers les 13 heures pour aller découvrir la ville et ses faubourgs ainsi que pour participer aux différentes activités organisées par le programme avec les autres stagiaires en médecine, tout comme moi, dans la région. Disons qu’après quatre semaines dans les rues, les restaurants, les discothèques, le métro, les plages de Barcelone, cette dernière n’a plus grands secrets pour moi! On a même eu la chance de visiter des villes avoisinantes, des festivals et des excursions en montagne lors de nos fins de semaine d’escapade.

Mylène Guinlat-BeauregardEnfin, je ne peux guère affirmer que médicalement parlant, mes connaissances ont évoluées de façon fulgurante, mais il en est totalement autrement sur le plan personnel. Partir seule dans une ville étrangère, cohabiter avec deux Serbes, une Roumaine et une Mexicaine, communiquer dans une langue inconnue, ne pas avoir une seule journée de pluie en 4 semaines, devoir sortir jusqu’à 5 heures du matin pour prendre le premier métro, s’étendre sur une plage sous des 35 degrés Celsius ne sont pas de tout repos.

Sans blague, il y eu des hauts et de bas, mais j’en sors d’autant plus gagnante de cette expérience. J’ai appris beaucoup sur moi-même et sur les autres. Bref, je conseille ce stage à quiconque désirant vivre un défi unique et qui cherche à ouvrir ses horizons sur une nouvelle culture.

Vous avez des questions ou des commentaires? Vous partez à Barcelone prochainement et vous avez les moyens d’emmener un guide privé? Il vous brûle d’envie de connaître le restaurant à tapas à ne pas manquer à Barcelone? Vous pouvez m’écrire et il me fera plaisir de vous répondre!

Mylene Guinalt-BeauregardMylene Guinlat-Beauregard
mylene.guinlat-beauregard@hotmail.com
Étudiante Université de Montréal

Dans ce numéro