La médecine familiale toujours passionnante et polyvalente !

La médecine familiale toujours passionnante et polyvalente !

Toutes les personnes intéressées à la fois par l’actualité politique et le secteur de la santé en ont eu pour leur argent au cours des dernières années.  Et les manchettes furent malheureusement loin d’être toujours heureuses ou positives en ce qui a trait à la profession médicale, et ce, pour diverses raisons.  Constamment présente dans les médias afin de non seulement rétablir les faits, mais aussi de proposer des solutions concrètes pour réellement améliorer l’accessibilité aux soins, la FMOQ  a mené plusieurs combats ces dernières années !

D’abord, elle a réussi à éviter l’application de la Loi 20, parrainée par le ministre Barrette, et des mesures coercitives qui y sont contenues en convenant, en mai 2015, d’une entente avec le gouvernement sur l’accessibilité.  En gros, si le taux d’inscription de 85 % de la population québécoise auprès d’un médecin de famille est atteint d’ici janvier 2018, les articles de cette loi concernant la médecine familiale seront prorogés. Ensuite, la Fédération s’est assurée que la relève médicale en médecine familiale continue d’avoir accès à une pratique polyvalente, notamment en insistant auprès des autorités gouvernementales pour que les nominations en établissement ne soient pas conditionnelles à d’autres activités professionnelles dans la collectivité. D’ailleurs, selon les dernières données du ministère de la Santé, pas moins de 488 médecins de famille ont obtenu une nomination dans un établissement à ce jour en 2016. Alors oui, la prise en charge et le suivi de patients dans la collectivité demeure prioritaire en raison des besoins immenses de ce côté, mais il faut faire preuve de prudence avant de prêter foi à ceux qui prétendent qu’une pratique polyvalente de la médecine familiale au Québec est dorénavant inaccessible. Les faits montrent plutôt le contraire. Vous avez encore une multitude de bonnes raisons, dont l’accès à une pratique polyvalente,  d’envisager une future carrière passionnante de médecin de famille.

Dr Louis Godin, président
Fédération des médecins omnipraticiens du Québec

Dans ce numéro