La médecine familiale, plus attirante que jamais

La médecine familiale, plus attirante que jamais

Vous  êtes intéressés par la médecine familiale et vous vous demandez peut-être : « Mais qu’est-ce qui peut bien m’attendre dans quelques années » ?  La réponse est fort simple : une pratique stimulante, dynamique, contemporaine, variée, à échelle humaine et bien rémunérée.

Évidemment, il y a toujours quelques contraintes lorsque nous commençons à pratiquer la médecine, que ce soit à titre de spécialiste de la médecine familiale ou autre : possibilité de s’installer ou non dans telle ou telle région, tel centre intégré de santé, tel GMF, etc.  Mais cela n’est-il pas vrai pour toutes les professions ?

La médecine familiale est en train de retrouver ses lettres de noblesse, la rémunération est au rendez-vous, la prise en charge est non seulement reconnue à sa juste valeur mais aussi encouragée.  L’isolement professionnel que redoutent les jeunes médecins en début de carrière est chose du passée.  En effet, de nos jours, la pratique de groupe a la cote et pas uniquement entre médecins, mais aussi avec d’autres professionnels de la santé : infirmières, infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne (IPS-SPL), travailleurs sociaux, pharmaciens, psychologues, kinésiologues, nutritionnistes, etc.  Environ 4000 des 6000 médecins de famille qui œuvrent en première ligne sont en GMF. Ce modèle d’organisation d’offre de services de première ligne est très populaire auprès des jeunes médecins. Cela se comprend.  Nous en sommes à consolider le réseau des GMF et le ministre de la Santé y croit tellement que son ministère a renouvelé la mission GMF dans le cadre d’un nouveau Programme de soutien et de financement des GMF. Et ce soutien est bonifié ; pensons à titre d’exemple à l’ajout de travailleurs sociaux et de pharmaciens.

De plus, nous sommes à l’heure des DME (dossiers médicaux électroniques). En effet, en mars 2016, pratiquement 90 % des médecins de famille auront adhéré au programme subventionné.

Ajoutons que la FMOQ et le MSSS ont mis sur pied un programme de formation en accès adapté qui connait un succès bœuf.  Voilà une façon fort agréable de pratiquer la médecine en temps réel et non une médecine de rattrapage.

Enfin, la pénurie des effectifs médicaux, que ce soit en médecine familiale ou autre, est en train de s’estomper, tranquillement mais sûrement.  Ne soyez pas inquiets, il y aura du travail pour tous en médecine familiale !  Mais vous n’aurez pas à composer avec ces pressions épouvantables qui, encore de nos jours, donnent l’impression aux jeunes médecins en début de pratique qu’ils doivent tout faire, tout le temps.

Merci de vous passionner pour la médecine familiale !

Dr Serge Dulude - espace FMOQ, novembre 2015
Dr Serge Dulude
Directeur de la planification et de la régionalisation, FMOQ

Dans ce numéro