Éditorial

Éditorial

Le gris de l’automne, habituellement accompagné de l’odeur réconfortante de tartes aux pommes et de boissons chaudes à la citrouille, est plutôt associé au retour des examens pour la population étudiante. La mi-session est un temps idéal pour réfléchir au chemin qu’on a parcouru, mais aussi pour se rendre compte de toute l’ampleur des tâches qui nous restent à accomplir avant l’arrivée de la première neige. Pendant que certains passent leur premier examen de médecine, d’autres se préparent pour l’externat ou même pour leur départ à la résidence : on souhaite tous survivre à ces passages obligatoires sans encombres, mais il n’est pas rare de constater qu’un regain d’énergie serait bienvenu pour plusieurs et pour ce faire, il suffit de prendre connaissance des activités des Groupes d’intérêt en médecine familiale (GIMF) de la province !

Après un Symposium étudiant sur la médecine familiale plus que satisfaisant animé par l’Université McGill, le comité organisateur de l’Université de Sherbrooke se prépare déjà à accueillir à son tour des centaines d’étudiants en septembre 2015. L’ampleur qu’a pris le Symposium reflète avec éloquence l’engouement croissant pour la médecine de famille, une spécialité qui -espérons-le- sera favorisée par autant d’étudiantes et d’étudiants de quatrième année en prévision de leur résidence en juillet 2015. Les GIMF auront certainement contribué à exposer la population étudiante à la spécialité, mais ce sont aussi les divers médecins de famille présents qui auront su l’inspirer.

Ce numéro de Première Ligne dresse le portrait de pratique de plusieurs médecins de famille pour qui l’adrénaline est une source de motivation : Gabrielle Voisine a rencontré Dre Sandryne Royer, une médecin effectuant des évacuations aéromédicales, tandis que Kamy Apkarian offre ses impressions sur le rôle du médecin de famille après avoir travaillé avec le Dr Éric Tremblay lors d’un stage électif en soins intensifs. Et, puisque la médecine de famille est une spécialité cherchant à s’adresser à plusieurs enjeux sociaux, il n’est pas étonnant de retrouver les articles de Catherine Ji et de Marie-Laure Dolbec qui abordent la toxicomanie et la santé des réfugiés. De plus, Samuel Caron Rousseau nous partage ses dernières trouvailles en technologie mobile médicale, tandis que l’éthique des stages d’observation est explorée à travers les propos recueillis par Léa Bélanger Sanscartier.

La médecine de famille étant également une spécialité qui revêt un visage de plus en plus jeune, il n’est pas étonnant que deux finalistes dans la catégorie « Personnalité 1er cycle » des lauréats FORCES Avenir, qui ont été remis en septembre dernier, la tiennent en haute estime : Dre Anne-Sophie Thommeret-Carrière, résidente, et Mathieu Hains, étudiant, se sont entretenus avec Première Ligne dans l’espoir d’accroître la visibilité d’une spécialité d’avenir.

Bonne lecture,

Nina

Dans ce numéro