René Jr Wittmer, MD : Un passionné de la médecine familiale

René Jr Wittmer, MD : Un passionné de la médecine familiale

Au début de mars, nous nous sommes entretenus avec le Dr René Jr Wittmer, résident en médecine familiale à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Basé à l’UMF du CLSC des Faubourgs, René Wittmer a toujours voulu être médecin. « La médecine, ça fait depuis le secondaire que j’y pense», a-t-il déclaré. « Mais, j’étais un peu naïf quand même », nous confie-t-il avec un sourire dans la voix. « On ne sait pas dans quoi on se lance au début. Ce n’est qu’à l’externat qu’on commence à apprivoiser la bête médicale qui nous accompagnera toute notre vie ». N’ayant pas de modèle dans sa famille immédiate sauf pour une tante, il s’est fié à son instinct et a plongé tête baissée dans cette profession qui comble chaque jour un peu plus ses attentes.

Pourquoi la médecine familiale? Ce R1, qui transpire le dynamisme et la fougue, nous convainc rapidement qu’il a fait le bon choix. « Je recherchais une grande diversité d’approches et de pathologies. En médecine familiale, poursuit-il, les symptômes sont indifférenciés. Souvent, les plaintes des patients ne sont pas claires. Il faut aller chercher l’information qui nous permettra de faire le bon diagnostic et d’offrir le bon traitement ». Mais notre interlocuteur nourrit aussi un intérêt marqué pour la santé mentale. Il avait d’ailleurs flirté avec la psychiatrie au départ, mais il ne voulait pas être cantonné dans un secteur. Et la médecine familiale lui permettra de satisfaire sa soif d’aider les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, une des causes de consultation les plus fréquentes. Selon lui, la réorganisation du réseau de santé a favorisé une intervention accrue des médecins de famille dans ce créneau.

Seriez-vous étonné si je vous disais que René Wittmer a une autre passion…. Eh oui! Il carbure à l’adrénaline des salles d’urgence. Son attrait pour les soins aigus l’amène à songer à prolonger sa résidence pour parfaire ses connaissances en santé mentale et en urgence. Originaire de Vaudreuil, il souhaite travailler à Montréal. « La santé mentale est étroitement liée à des problématiques urbaines comme l’itinérance. C’est donc en milieu urbain qu’il souhaite mettre à profit ses connaissances. Une fois en pratique, il recherchera l’équilibre entre les soins aigus et la prise en charge de ses patients. Il souhaite aussi enseigner et former la relève.

Mais, il y a plus. Membre du comité des affaires pédagogiques – Médecine familiale de la FMRQ, membre du conseil de l’Association des médecins résidents de Montréal, assistant résident-coordonnateur de son UMF et, auparavant, actif au sein de son association étudiante, il s’implique à fond.

Il y a quelques jours, le Dr Wittmer a quitté Montréal pour Amos où il a commencé un stage pour apprivoiser l’orthopédie, la traumatologie et le système locomoteur. On dirait que la carrière du Dr Wittmer est déjà toute tracée. Mais je suis persuadée que la médecine familiale l’amènera constamment ailleurs. Il aime la diversité, il aime la science, il aime les humains. « La médecine familiale, c’est la plus belle spécialité! », a-t-il répété à quelques reprises durant l’entretien. Peut-on douter qu’il ait fait le bon choix ?

Johanne Carrier, FMRQ

Dans ce numéro