Mon premier contact avec la vie

Mon premier contact avec la vie

6h35 : le cadran sonne. Je me réveille péniblement, j’analyse la situation et me permet un « snooze ». Six minutes plus tard, le cadran sonne à nouveau. Je dois me lever. Une petite nausée matinale, je me rappelle ma soirée de la veille : j’ai terminé ma garde à l’urgence à 23 h. Ça me rassure, tout est normal !

Je me rends à l’hôpital où je rejoins mon médecin superviseur, Dre Laberge, qui allie hospitalisation et obstétrique pour une période de quatre jours en ligne. Elle me suggère d’aller voir monsieur Vadeboncoeur qui se remet d’un infarctus et qui attend son transfert pour avoir une coronarographie. Je révise le dossier, héparine, aspirine, plavix, bêta-bloqueur, IECA et un médicament contre le cholestérol. Tout y est. Il va mieux, n’a pas eu de douleur, pas de palpitations, mange bien, dort bien. Il l’a échappé belle comme il le dit si bien !

Dre Caroline Laberge, CCMF

Dre Caroline Laberge, CCMF

Je retourne au poste pour écrire ma note lorsque je rencontre la Dre Laberge. Elle est habillée en « green » et m’invite à assister à un accouchement. Bien sûr que j’accepte, je n’en ai jamais vu auparavant ! La patiente est complète depuis plus d’une heure, elle est prête à pousser.

J’entre dans la salle, les minutes sont longues, debout, à regarder. J’ai un peu chaud sous ma blouse de protection. Je regarde, j’observe. J’encourage la mère, partage des regards complices avec le père, on s’interroge tous les deux sur la suite. Quel chamboulement dans une vie… un couple qui devient une famille ! Une femme qui devient mère… un jour, ce sera mon tour !

Un petit bout de tête commence à apparaître ! On reconnaît une chevelure bien présente et très foncée. La tête sort et disparaît, millimètre par millimètre, le bébé fait sont bout de chemin. Puis le front, et les yeux apparaissent, tout bouffis, tout bleus. Je commence à m’inquiéter un peu. Le bébé est vraiment bleu ! Je regarde la Dre Laberge, qui est toujours calme et continue ses gestes précis et doux.

La tête sort complètement. Ça y est : je vois mieux ! La tête est complètement bleue ! Je panique à l’intérieur… j’ai chaud, vraiment chaud ! Les secondes deviennent des minutes. Le temps semble s’arrêter. Dre Laberge demande à la patiente de cesser de pousser puis semble dégager la tête et l’épaule. Le bébé ne semble pas plus vigoureux.

La Dre Laberge demande à la patiente de pousser. Et encore. Le bébé sort au complet. Oh mon Dieu ! Le bébé est totalement bleu, tout gluant, aucun son. Je me rappelle que ça fait un moment que je ne respire plus, je ne me sens pas très bien. C’est au moment où je suis certaine que j’assiste à la pire tragédie du monde… que j’entends enfin un petit cri.

Ouf ! Tout se passe bien. Les  parents pleurent et moi aussi. Quel stress je viens de vivre !

Je regarde Dre Laberge, toujours calme qui me regarde et s’exclame : « C’était un bel accouchement ! ». C’était donc un accouchement normal.

La médecine de famille m’impressionnera toujours ! Je veux en apprendre davantage sur cette inspirante profession. C’est mon médecin superviseur qui m’a suggéré d’aller naviguer sur le site du Collègue québécois des médecins de famille (CQMF). Je t’y invite également pour découvrir le parcours de l’étudiant en médecine qui se dirige vers la pratique de cette spécialité, pour faire connaissance avec des modèles de rôle passionnants et pour trouver des conseils sur le choix d’une Unité de médecine familiale (UMF).

CQMF : Devenir médecin de famille

Bonne découverte !

En souvenir de l’externat,

Justine Galarneau-Girard, M.D., CCMF
Collège québécois des médecins de famille

Dans ce numéro